Image
L’Afrique du Sud en mutation

Dix ans après la fin de l'apartheid, le visage de l'Afrique du Sud a changé. Les Noirs ont obtenu le droit de vote, ils occupent les plus hauts postes du gouvernement et peuvent se déplacer où bon leur semble. Finie la séparation imposée par l’Etat entre les Blancs, les Indiens, les Métisses et les Noirs. Dans la loi en tout cas. Sur le terrain, la situation est plus nuancée. Comment la chute de l’appartheid a-t-il remodelé l’Afrique du Sud? Nous approcherons les quatre grandes communautés de ce pays libéré dans les textes mais encore enchaîné dans ses habitudes et le poids de l’histoire... Cinq reportages audio.

Des reportages de Valérie Kernen, réalisés par Monsieur T et présentés par Frank Musy.

  • Là où les Blancs ne vont pas

    Dans le Township de New Brighton, à Port Elisabeth, la plupart des Blancs sud-africains n'ont jamais mis les pieds. Pourtant, les habitants de ce quartier noir-africain sont chaleureux et ouverts à la discussion. Ils partagent leur regard sur leur pays en mutation et expliquent en quoi leur situation a changé - ou pas - dix ans après la fin de l'apartheid. Dans ce quartier peuplé par l’ethnie Xhosa (celle de Nelson Mandela), les traditions restent vives. Asanda, un jeune homme de 21 ans, nous raconte sa circoncision, un rite initiatique qui lui a permis de devenir "un homme".

  • Rites et sacrifices

    Malgré la modernité, les téléphones portables et la télévision, les habitants du township de New Brighton à Port Elisabeth continuent de respecter leurs traditions et de célébrer leurs ancêtres. Nous participons à un de ces rituels, très fréquents dans ce quartier majoritairement xhosa. La chamane Nomatongo, « la mère des esprits », dirige les cérémonies.

  • Chacun chez soi

    Cap sur Durban à la rencontre de Walter, un Sud-africain blanc qui a de la famille à Neuchâtel. Il nous emmène suivre un match de rugby dans un bar fréquenté presque uniquement par des Blancs. Puis, nous partons à la rencontre d'une autre minorité, très nombreuse à Durban: les Indiens.

  • L’émigration des Sud-Africains blancs

    Devant l'ambassade d'Australie à Prétoria, la file d’attente semble interminable. Nous approchons ces Sud-Africains blancs qui s’apprêtent à émigrer pour s’installer ailleurs, en quête d’une vie meilleure . D’origine anglaise ou afrikaner, ils fuient l'insécurité et le chômage comme des centaines de milliers d'autres l'ont fait depuis la fin de l'apartheid.

  • La femme multicolore

    Minorité ethnique haute en couleurs, les Ndebele vivent au Nord de Pretoria dans des conditions sommaires. Nous partageons le quotidien d'Esther, qui est considérée comme « l’ambassadrice » de ce peuple sud-africain, car elle se bat pour la transmission et la préservation de leurs savoirs traditionnels. Comme le veut la coutume, cette femme a peint sa maison de mille couleurs avec des formes géométriques propres à sa lignée familiale. Avec ses 120 anneaux autour du cou, des chevilles et des poignets, elle a voyagé dans le monde entier pour partager un art hérité de ses ancêtres.Galerie photos ci-dessous.

 Afrique du Sud | 2004